Ce site est propre !

Par Freenews.fr

Nerim relativise l’intérêt du VDSL2, prévu pour l’automne 2013

POURFENDEUR DES CONTRE-VÉRITÉS, AVEC QUELQUES MOIS DE RETARD

Dans un communiqué, l’opérateur Nerim, spécialisé dans les accès pour les professionnels, indique être paré au lancement du VDSL2 en France, attendu « au plus tôt à l’automne 2013 » (après les tests en situation de France Télécom, prévus pour octobre 2013).

À l’instar d’OVH, Nerim choisit de communiquer dès maintenant sur des offres qui ne pourront pas être commercialisées avant de nombreux mois.

Accusant « la presse » d’avoir propagé de fausses informations à ce sujet, Nerim rappelle que le lancement d’offres commerciales VDSL2 en France ne pourra se faire qu’à l’automne 2013, une fois que le comité d’experts indépendant réuni par l’Arcep aura donné son feu vert. C’est pourtant bien le président de l’Arcep qui, le premier, avait promis un lancement à l’automne 2012, sauf imprévu « peu probable »… avant de se raviser.

Nerim tient également à relativiser l’intérêt global du VDSL2 ; face aux statistiques optimistes fournies par certains de ses concurrents (notamment OVH, même s’il n’est pas cité), l’opérateur annonce que les débits théoriques du VDSL2 avoisinent les 100 Mbit/s. En conditions, à 900 mètres du DSLAM, le VDSL2 permet d’atteindre environ « 40 Mbit/s en download et 7 Mbit/s en upload », en raison de l’atténuation rencontrée sur les lignes téléphoniques.« Nous avons été surpris des résultats de certains moteurs d’éligibilité de la concurrence qui annoncent des débits du VDSL2 très optimistes sur des distances longues : jusqu’à 150 Mbit/s en download. Il est illusoire de croire que le VDSL2 remplacera la fibre optique », explique Cyril de Metz, président de Nerim. Là encore, « la presse » est jugée coupable de cette désinformation…

L’opérateur annonce être déjà prêt à livrer du VDSL2 « sur l’ensemble de son réseau de dégroupage : sur Paris et une partie des Hauts-de-Seine » et n’attend plus que le feu vert du comité d’experts, dont il faut d’ailleurs partie.

Laisser un commentaire